COVID19 - Aéroports de Normandie

Les aéroports de Caen, Deauville, Le Havre et Rouen ont mis en place les conditions de protection sanitaires nécessaires pour vous accueillir en toute sécurité. Des vols ont repris sur certaines plateformes.
Nous vous invitons à les contacter pour obtenir de plus amples informations sur vos destinations.
Le site « Aéroports de Normandie » sera prochainement remis à jour pour vous permettre de découvrir l’intégralité de l’offre au départ de la Normandie.
Prenez soin de vous. A bientôt

  1. Accueil
  2. Villes de départ

Villes de départ

Contenu

Caen, Deauville, Le Havre et Rouen, 4 villes pleines de/riches en surprises vous ouvrent les portes de la Normandie…

Caen, la cité de Guillaume

Caen, chef-lieu du département du Calvados, est une ville marquée par l’histoire. De celle de Guillaume Le Conquérant, au Moyen-Âge, au Débarquement allié en 1944, la ville en aura gardé les stigmates/traces : Caen porte ainsi en son sein nombre richesses patrimoniales et muséographiques. L’air de la mer, toute proche, invite à la flânerie dans un centre-ville animé.

L’imposant château de Guillaume Le Conquérant

Au cœur de la ville, sur un promontoire, le château de Guillaume dresse fièrement son enceinte fortifiée. Érigé par Guillaume, duc de Normandie à la veille de la bataille d’Angleterre, il est un témoin de l’histoire mouvementée et prestigieuse de la ville de Caen. Construit en 1060, il abritera le quotidien des ducs de Normandie, rois d'Angleterre. L’enceinte du château rassemble aujourd’hui le musée des Beaux-Arts, où vous pourrez découvrir une collection permanente et des expositions contemporaines, et le musée de Normandie. Vous pourrez vous y restaurer, pique-niquer sur les pelouses, parcourir le jardin des simples et laisser les enfants jouer dans le parc. Le château de Caen offre également un magnifique point de vue sur la ville aux cent clochers.

Les majestueuses abbayes aux Dames et aux Hommes

Où que vous soyez dans la ville de Caen, vous pouvez distinguer les flèches des deux magnifiques abbayes, érigées elles aussi par Guillaume. L’Abbaye aux Hommes, ou abbatiale Saint-Étienne, adossée à l’hôtel de ville, abrite le tombeau de Guillaume. La majorité des éléments de l’église datent des XIème et XIIIème  siècles, son chœur est emblématique de l’art gothique. À l’arrière de l’abbaye, l’artothèque de Caen, installée dans le palais ducal, propose des expositions atypiques.

Guillaume fit également, avec son épouse et cousine, Mathilde de Flandre, ériger l’Abbaye aux Dames (XIème, siège de la région Normandie aujourd’hui) ; la construction des deux abbayes devait leur acheter l’absolution papale, le mariage ayant été désapprouvé. L’Abbaye aux Dames dispose d’un grand parc arboré et propose expositions et évènements.

Le vieux Caen et ses ruelles préservées

Si Caen fut détruite à 80% par les bombes du Débarquement allié, les ruelles de son centre-ville n’en ont pas moins été préservées. Parcourez la rue Saint-Pierre, la plus commerçante de la ville et admirez les maisons construites en Pierre de Caen (calcaire). Remontez la pittoresque rue Froide pour découvrir ensuite la magnifique place Saint-Sauveur, baignée de soleil en été, et terminez par le quartier de la place des Petites boucheries, à deux pas de l’Hôtel de ville.

Vous pouvez également suivre le chemin de ses églises, découvrir ses vieux cimetières, parcs et jardins, ou partir en quête de ses villas élégantes, dans le petit Nice caennais, la rue du XXème siècle ou aux abords de la place du Canada.

À Caen vous vous familiariserez aussi avec l’architecture typique de la Reconstruction qui caractérise la majorité de la ville contemporaine.

Caen, ville nautique

Caen, ville étudiante et festive, héberge un port de plaisance et de commerce. Il fait bon s’y reposer et faire escale près des bassins, ou se balader sur la moderne Presqu’Île. Déambulez dans les espaces de la nouvelle bibliothèque Alexis de Tocqueville (2017), construction toute de verre vêtue, imaginée par le célèbre architecte néerlandais Rem Koolhaas. Déjeunez dans son restaurant réputé, la Table des Matières, avant de filer admirer le Cargo, salle de musique actuelle, l’école des Beaux-Arts (ESAM) ou le Dôme, pôle de recherche scientifique. Enfourchez ensuite votre vélo et longez les 15 km du canal qui vous mèneront à Ouistreham, sur le front de mer.

Bayeux et le Bessin

Caen, où se trouve le Mémorial, musée privé, qui raconte mieux que nul autre la Seconde guerre mondiale, est une porte d’entrée privilégiée vers la campagne du Bessin et les plages du Débarquement. À Bayeux, découvrez le musée de la Tapisserie, qui rapporte le récit brodé de l’épique conquête d’Angleterre, sur une broderie de laine sur toile de lin, réalisée au XIème siècle, une œuvre unique au monde ! Visitez ensuite la cathédrale Notre-Dame et le vieux Bayeux. Début juillet, les fêtes Médiévales sont un événement haut en couleur et familial qui invite à se familiariser avec le passé de la ville.

De là, vous poursuivrez par la campagne jusqu’aux plages du Débarquement,  Arromanches et Omaha Beach : vous y découvrirez l’importance de la Seconde guerre mondiale pour les Normands et leur  région… Et vous pourrez en profiter également pour bénéficier des richesses du littoral et des joies des sports nautiques !

Rouen, capitale de la Normandie

Rouen est une fière cité médiévale, où maisons à colombages s’élèvent majestueusement. Comme toute la région, elle est imprégnée par l’histoire : Rollon, premier duc de Normandie, en fit sa capitale, et Jeanne d’Arc y fut jugée pour hérésie.

Rouen, ville d’histoire

Si l’empreinte de la ville se dessine déjà à la Préhistoire et dans l’Antiquité, c’est surtout le Moyen-Âge que l’on se rappelle aujourd’hui. Ainsi, le chef Viking Rollon deviendra le premier duc de Normandie et fera de Rouen sa capitale. Le RolloN est d’ailleurs le nom de la monnaie normande numérique citoyenne régionale inaugurée mi-2018.

Plein centre, se trouve la tour Jeanne d'Arc, donjon de l'ancien château, où Jeanne fut jugée pour hérésie. Elle fut brûlée sur la place du Vieux-Marché (on y trouve aujourd’hui un marché de produits frais), d’où le nom de l'église moderne Sainte-Jeanne-d'Arc, dont on dit qu’elle représenterait un bateau viking. La place est entourée de maisons d’époque à encorbellement et pans de bois.

La rue du Gros-Horloge, à deux pas, est enjambée par une imposante horloge astronomique, beffroi gothique, vestige de la Renaissance. La cathédrale Notre-Dame de Rouen, impressionnante, classée monument historique retrace les évolutions de l’époque gothique. Dans le déambulatoire, reposent la sépulture de Rollon, et, dans la crypte, le cœur de Richard Cœur de Lion…

Rouen, ville de street art

La métropole normande dévoile sur ses murs et façades, de nombreux bijoux de l'art urbain. Fin mars 2019, un parcours rouennais a d’ailleurs été répertorié dans le Guide du street art en France, publié aux éditions Alternatives de Gallimard. En 2016, la triennale d'art contemporain « Rouen Impressionnée » s’était attachée à mettre en lumière les œuvres existantes et à faire réaliser par les figures locales et nationales du street art,  vingt-cinq nouvelles fresques. Un parcours dédié vous permet de parcourir la ville, de façon ludique et moderne, en suivant les œuvres… Et si vous souhaitez vous y essayer, la palissade longeant la Gare d’Orléans à la disposition des artistes en herbe ou avertis.

Rouen, ville d’art

Le musée des Beaux-Arts de Rouen est à ne pas manquer. Les expositions temporaires de haut vol ont ainsi fait la part belle aux grands noms de l’art moderne du XXème siècle : Picasso, Duchamp, Braque, Calder, Miró… rien que ça ! L’Europe baroque, le grand siècle français, l’impressionnisme bien sûr (Monet, Renoir, Sisley...) y trouvent aussi une place de choix. Le jardin des sculptures invite à une approche en situation et moins « sacrée » des œuvres d’art. Le musée de la céramique et le musée Flaubert vous aideront à mieux comprendre l’histoire de la ville à travers les objets d’art qui y sont conservés.

Visitez aussi le gigantesque Panorama XXL qui expose les fresques géantes (31m de haut et 32 de diamètre) à 360° de l'artiste allemand Yadegar Asisi.

Rouen, ville d’eau et d’Armada

On n’y pense peut-être pas d’emblée, mais Rouen est une ville portuaire, traversée par la Seine. Filez au musée maritime, fluvial et portuaire, pour comprendre l’histoire du port de Rouen, sa marine marchande, sa batellerie, la chasse à la baleine et les expéditions polaires de Charcot qui débutèrent sur ses quais.

Le port de Rouen est aussi le lieu où l’exceptionnelle Armada a jeté l’ancre en 2019 pour sa 7ème édition. Imaginez, les millions de spectateurs qu’attire cette fête hors-du-commun où se rassemblent plus de 50 voiliers, navires et vieux gréements venus des quatre coins du globe. En 2019, L’Hermione, célèbre frégate de Tavernier, faisait d’ailleurs escale sur les rives de la Seine.

La vallée de la Seine, toute proche

De nombreux jardins et espaces verts habitent la métropole rouennaise, qui s’est lancée dans une Cop21 locale et promeut les initiatives écologiques et en faveur du développement durable.

Mais vous pouvez également sortir du centre-ville et partir à la découverte du parc national des Boucles de la Seine : falaises boisées et terrasses alluvionnaires, forêts, grandes abbayes, en disent beaucoup sur l’histoire et le patrimoine de la vallée de la Seine.

Pourquoi ne pas vous essayer à la randonnée et emprunter l’un des itinéraires balisés (près de 500km) ? Vous pourrez ainsi rejoindre la Sente aux Moines et vous glisser dans les pas des ecclésiastiques, depuis l’Abbaye Saint-Pierre de Jumièges et jusqu’au Manoir du Torps en forêt de Brotonne.

Si vous remontez la Seine vers sa source, essayez-vous à la voile, sur la base de loisirs nautiques de Bédanne.

Un peu plus loin, Giverny

À quelques 70km de Rouen, à l’entrée du parc naturel régional du Vexin, on croise sur sa route le village de Giverny, où Claude Monet vécu un peu plus de 40 ans et jusqu’à sa mort. C’est la lumière qui attira le maître de l’impressionnisme dans ce charmant village. Sa maison, les fleurs et nymphéas, le jardin d’eau et le pont japonais accueillent toujours les visiteurs ravis. De nombreux évènements culturels et artistiques prennent vie à Giverny et le musée des Impressionnismes vous fera revivre l’histoire de ce courant artistique révolutionnaire qui a bouleversé les règles établies en peinture et grandement influencé l’art du XXème siècle.

Deauville, l’élégante dame de la Côte fleurie

Coco Chanel, les planches et le Festival du film américain ont donné à Deauville, l’élégante, ses lettres de noblesse. Il fait bon musarder sur la plage, faire du shopping dans les boutiques de luxe, applaudir les yearlings, s’arrêter au casino un soir, puis filer au gré des routes du Pays d’Auge.

La plage et les Planches

À marcher sur les célèbres planches, entre le port de Deauville et Tourgéville, à lire le nom des stars de cinéma qui bordent les cabines de plage et l'établissement des Bains Pompéiens, on se sent quelqu’un. La promenade, très début de siècle (elle fut construite en 1923), de style Art déco, toute de béton et mosaïques vêtue, reste un endroit à la mode, que les vacanciers aiment arpenter, avant de s’allonger sur la plage, à l’ombre des parasols multicolores. Avec 2km et 450 parasols, chacun aura le plaisir de trouver une place et de rejouer « Un homme et une femme ». Le soir, le casino Barrière, ses 300 machines à sous, roulettes anglaise et française, Blackjack ou poker room, vous engage à tenter votre chance…

Les riches villas Belle Époque et commerces du centre

Deauville reste une destination luxueuse. Quittez la plage et, au hasard des rues, en admirant les maisons à colombages et élégantes villas Belle Époque, vous rejoindrez tranquillement les boutiques du centre ville. Vous y trouverez de quoi dynamiser votre look de bord de mer, des gourmandises et accessoires tendances à rapporter, des livres pour vos moments de détente… Tous les jeudis matin, un marché bio se tient square de l'église Saint Augustin ; quant au marché de Deauville, il a lieu presque chaque matin, place du Marché et sous les halles à colombages de la ville.

Deauville, cité du cheval

Impossible de venir à Deauville sans comprendre l’importance du cheval dans la vie locale. Les haras essaiment dans la campagne. À Deauville-La Touques se trouve ainsi l’un des centres d’entrainement de chevaux de courses parmi les plus grands d’Europe. 300 chevaux y vivent à l’année, le double au mois d’août. L’hippodrome attire les meilleurs chevaux et jockeys du monde. Courses hippiques, ventes de yearlings (salle des ventes Elie de Brignac), compétitions et sports équestres, rythment la vie des habitants. L’occasion peut-être de vous initier à l’équitation et de tenter un galop sur la plage ?

Trouville-sur-mer, plus villageoise

Sœur de Deauville, Trouville, plus modeste, plus familiale et très appréciée des Normands. Trouville, c’est d’abord une plage, sur plus d’1km. Là-aussi, une promenade des planches « Savignac », le long des villas de bord de mer, et des parasols aux couleurs vives. Là-aussi, un port de pêche et des halles, où vous pourrez vous asseoir pour déguster des huîtres fraîchement péchées. Il fera bon ensuite déambuler dans le labyrinthe de ruelles et impasses qui serpentent entre les maisons hautes et étroites de briques blanches ou rouges.

Le Pays d’Auge

Depuis Deauville, rien de plus facile que d’arpenter les routes de campagne du Pays d’Auge. Bocageux, d’un vert soutenu et très vallonné, le paysage reposera vos yeux autant que votre esprit. Vous y croiserez vaches et chevaux évidemment ; de nombreux gîtes et chambres d’hôtes, dans d’anciennes fermes traditionnelles normandes, toits de chaume et colombages, constituent des points de chute très prisés. Le Pays d’Auge est aussi le berceau des fromages normands AOP, Camembert, livarot et Pont-l'évêque, qui ne sont jamais meilleurs qu’en leur terroir d’origine.

Les falaises des Vaches noires

À l’aplomb du littoral, vous pourrez longer, entre Villers-sur-mer et Houlgate, stations balnéaires prisées, les fières falaises des « Vaches noires », ou « Roches noires ». Argileuses, elles s’étendent sur près de 4km et sont en partie classées « Espace Naturel Sensible » : constituées de milieux naturels nombreux et variés (éboulis, fourrés, pelouses sèches et espaces boisés), elles hébergent près de 394 espèces de plantes, dont certaines très rares, ainsi que de nombreuses espèces d’oiseaux marins. Sur la plage, de gros blocs de roches sombres, d’où elles tirent leur nom, et qui proviennent des couches calcaires de la falaise : vus de la mer, ces blocs feraient penser à un troupeau de vaches paissant au pied de la falaise... Vous y ramasserez des fossiles en grand nombre, cette partie du littoral est réputée pour sa très grande richesse géologique (période du Jurassique supérieur) et paléontologique. Vous pourrez approfondir le sujet en visitant le Paléospace, qui propose une immersion dans la Normandie Jurassique (il y a 160 millions d’années.)

Le Havre, la cité océane

Bienvenue au Havre, ville océane, classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2005, premier site reconstruit pendant l’après-guerre et dont les habitants sont les premiers fans. On dit qu’il fait bon vivre au Havre…

Une ville à forte personnalité, toute de béton vêtue

L’architecture du Havre est connue des architectes du monde entier. Elle est un symbole des choix architecturaux de la Reconstruction d’après-guerre et fut confiée à Auguste Perret. Ce dernier imagina le projet du Havre reconstruit (150ha) dès 1945 ; les chantiers dureront jusqu’en 1954. L’architecte belge avait, dès le début du XXème siècle affirmé des idées résolument modernes et décriées, plébiscitant le plan libre et le béton armé dans ses constructions. Absence d’ornement, importance de la structure, permanence et toit-terrasse sont des mots-clés qui permettent de mieux comprendre la philosophie d’Auguste Perret et le dessin du centre ville du Havre.

La Porte Océane

À l’extrémité de l’avenue Foch, sur le front de mer, sas d’entrée dans la ville, se trouve la monumentale Porte Océane, achevée en 1955. Cet ensemble d’immeubles et de tours doit son nom à l’ouvrage d’Édouard Herriot publié en 1932 (La Porte Océane) et fut réalisé lors de deux chantiers : l’un confié à Jacques Poirrier et l’autre à André Hermant, tous deux architectes de l’atelier d’Auguste Perret. Cette Porte Océane avait été imaginée pour répondre à la place de l’Hôtel de ville qui, avec sa tour de 18 étages et 72m de hauteur et son corps central horizontal qui s’étire sur 92m, constitue un ensemble étonnant.

Le Havre Port Center

À l'entrée du port, le Port Center du Havre invite à s’immerger au cœur du monde portuaire havrais et facilite la lecture de ses savoir-faire et de ses métiers.

Au XIXème siècle, le port du Havre se tourne vers le commerce et le transport des matières premières (café, coton, épices, bois exotiques...), suivant ainsi la ville dans sa quête pour devenir une grande puissance industrielle. Avec l'essor des voyages transatlantiques, le transport des passagers prend de l’ampleur. Le port du Havre est toujours aujourd’hui un port d’envergure européenne ; il est au croisement d’enjeux industriels, économiques et écologiques.

À l’extrémité ouest du bassin de commerce, vous apercevrez un bâtiment étonnant, sorte de voile de béton blanc. Il s’agit du Volcan, espace culturel, réalisé par Oscar Niemeyer, accueillant spectacles vivants, conférences, scène nationale, médiathèque et cafétéria.

Les Jardins Suspendus et autres jardins

Sur 10ha, dans l’ancien fort militaire de Sainte-Adresse, construit au Second Empire et inspiré par Vauban, les Jardins Suspendus du Havre surplombent l’estuaire et la ville basse. Ils constituent un jardin botanique qui héberge quelques 3 000 à 4 000 espèces, bénéficiant du microclimat privilégié porté par l’air maritime. Les déambulations hasardeuses entre serres, jardins d’Amérique du Nord, des Explorateurs contemporains, d’Asie Orientale ou des Terres australes, vous feront voyager de par le monde et raviront petits et grands. De nombreuses animations égayent la saison estivale et vous pourrez vous arrêter au salon de thé pour vous remettre de vos émotions.

Entre autres espaces verts (750ha de forêts, parcs, jardins et squares occupent la  cité Océane), visitez les Jardins Japonais, situés sur le port, quai Lamandé, face au Bassin Vauban. Ceux-ci sont dédiés au jumelage entre les ports du Havre et d’Osaka : la majesté du « pays du soleil levant » est représentée ici par une végétation luxuriante et variée.

Honfleur, cité des peintres

Dans l’estuaire de la Seine, sur l’autre rive, Honfleur salue Le Havre. La cité des peintres – Courbet, Monet, Boudin et tant d’autres – enchante avec son Vieux Bassin bordé de restaurants, sa Lieutenance, ses façades à colombages et ses hôtels de charme. Enfoncez-vous dans les ruelles avoisinantes et vous croiserez petites boutiques indépendantes, galeries d’art, maisons typiques et jardins luxuriants. La belle Honfleur est une escale que tout touriste se doit de s’octroyer en cas d’escapade normande !

L’estuaire de la Seine

Zone humide de près de 10 000ha et espace remarquable, la réserve naturelle de l’estuaire de la Seine, créée en 1997, abrite un ensemble de milieux naturels préservés, soumis à l’influence des marées et du sel. Près de 500 espèces de plantes y sont répertoriées à ce jour et pas moins de 385 espèces de papillons, 325 espèces d’oiseaux, 70 espèces de poissons, 48 espèces de mammifères, 13 espèces d’amphibiens que vous apercevrez peut-être au cours de vos promenades.

Et aussi : le pont de Normandie, édifice fascinant, surplombant la Seine à près de 215m de haut et sur plus de 2km. C’est l'un des plus longs ponts à haubans du monde. Il a été imaginé pour laisser suffisamment de place aux imposants navires qui remontent la Seine. Les cyclistes et piétons peuvent faire la traversée gratuitement et bénéficier ainsi du plus exceptionnel point de vue qui soit sur la baie de Seine.